Historique de l’ArrimAge et plus encore...

1987

Des familles vivant avec une personne ayant un problème de santé mentale ainsi que certains gens du milieu manifestent au CLSC des Chutes (maintenant le CSSS Maria-Chapdelaine) et au Centre psychiatrique de Roberval le besoin d’avoir sur son territoire une ressource en santé mentale.

1987 – 1989

Plusieurs acteurs du milieu se réunissent pour évaluer les besoins de notre secteur. Un comité provisoire de 7 personnes est mis sur pied en 1988 afin de déterminer les buts, politiques et règlements de l’organisme.

1989 (août)

L’organisme obtient sa charte et porte le nom de Centre de Santé Mentale l’ArrimAge. Après avoir été reconnu comme la ressource communautaire en santé mentale sur notre territoire et suite à l’obtention de son premier budget de fonctionnement du CRSSS (aujourd’hui l’Agence de santé et des services sociaux), l’ArrimAge ouvre 2 points de service pour les familles dont un à Dolbeau et l’autre à Normandin. L’accueil et l’écoute téléphonique sont disponibles.

1990 (automne)

L’assemblée générale de fondation a lieu. Le comité provisoire cède sa place au premier conseil d’administration. Ce dernier poursuit le travail amorcé.

1991

Suite à une subvention accordée par le CRSSS, de nouveaux services sont offerts : centre de jour, répit-dépannage, entraide, information et références.

1993 (janvier)

Mise sur pied du groupe d’entraide « La Clé » pour les personnes présentant des troubles de panique avec ou sans agoraphobie.

1994

Un second groupe d’entraide s’affilie à l’ArrimAge. Celui-ci porte le nom de « L’Entre-Deux ». Il regroupe des personnes présentant un trouble d’affection bipolaire (troubles de l’humeur).

1995 (décembre)

Le service d’aide au transport est mis sur pied. Il a pour but de préserver l’autonomie de la clientèle et de rendre nos services accessibles.

1996

Des activités de promotion et prévention en santé mentale sont instaurées sous forme de conférences, formations et relation d’aide afin de permettre à l’ArrimAge de faire connaître ses services auprès de la population et de contribuer au mieux-être de chacun. De plus, le centre offre à ses membres le journal de l’ArrimAge. (juin) Toujours soucieux de mieux répondre aux besoins des familles et amis des personnes atteintes d’une maladie mentale et conscient que l’entraide et l’échange sont d’une grande importance pour ceux-ci, le groupe d’entraide « Parents et amis » voit le jour.

1997

Le centre développe son volet promotion/prévention par des chroniques mensuelles sur la santé mentale publiées dans un journal local. À la suite de nombreuses demandes et dû au manque de ressources dans le milieu au niveau du travail, l’ArrimAge met sur pied un atelier de travail pour la réintégration socioprofessionnelle. L’atelier de couture ouvre donc ses portes en novembre 1997 et, par la même occasion, la boutique « Tout-en-Polar ».

1997

Le centre développe son volet promotion/prévention par des chroniques mensuelles sur la santé mentale publiées dans un journal local. À la suite de nombreuses demandes et dû au manque de ressources dans le milieu au niveau du travail, l’ArrimAge met sur pied un atelier de travail pour la réintégration socioprofessionnelle. L’atelier de couture ouvre donc ses portes en novembre 1997 et, par la même occasion, la boutique « Tout-en-Polar ».

1998

L’organisme est reconnu par la RSSS (aujourd’hui l’Agence de santé et des services sociaux) comme étant la ressource dans le secteur pour la réintégration professionnelle en santé mentale et celle-ci nous accorde un soutien financier pour l’atelier de travail. On forme le groupe d’entraide « Les p’tites tornades » qui s’adresse aux parents d’enfants très agités ou dits « hyperactifs ». Il a pour but d’informer et de soutenir les parents en rapport avec cette problématique. (automne) Un concours est lancé pour trouver un nom au journal de l’ArrimAge. Le nom retenu, « La vigie », est suggéré par M. Jimmy Martel qui est à ce moment employé à l’ArrimAge. En voici la signification donnée par M. Martel : « Lorsque l’on parle de vigie, on fait référence à l’homme de veille que l’on place en observation à bord d’un navire. Comme lui, le journal de l’ArrimAge conseille et aide les lecteurs ou les membres de l’équipage à affronter et à franchir les obstacles de la vie. Il donne aussi des informations importantes permettant à tout le monde d’arriver à bon port. Il est un support essentiel au bon déroulement du voyage qu’est le nôtre et outille davantage l’équipage afin qu’il soit prévenu d’une grosse vague, d’une tempête ou même d’un iceberg. » Voilà exactement le rôle de notre journal : conseiller, aider, informer, supporter, outiller et prévenir.

1999 (novembre)

Le C.S.M. l’ArrimAge souligne son 10e anniversaire par une journée portes ouvertes. Un hommage est rendu à ceux et celles qui ont fait en sorte que l’ArrimAge devienne l’organisme dynamique et en plein essor que l’on connaît actuellement.

2000 (automne)

À la suite d’une demande d’aide financière à la Direction de la santé publique dans le cadre du Plan directeur en promotion-prévention (aujourd’hui Plan d’action local en santé publique « PALSP »), deux projets nous sont accordés. Le premier projet : « Mille et un trucs pour être bien dans sa peau » aide à augmenter l’accessibilité des services de promotion et de prévention dans le milieu de l’éducation des adultes de Dolbeau-Mistassini et d’Albanel en offrant des conférences et formations sur des thèmes variés. Le second projet : « La santé et des services, un droit pour tous » nous donne l’opportunité de poursuivre nos activités de conférences et formations pour la population et de répondre également à des besoins spécifiques concernant des groupes sociaux, communautaires et autres.

2001

Nous poursuivons notre développement par la mise en place d’un second atelier de travail : le réemploi de papier. Ce service rejoint davantage la clientèle masculine et répond à des goûts et des habiletés qui diffèrent de ceux offerts par l’atelier de couture. Les activités ont lieu l’avant-midi dans le local du centre de jour.

2002 (avril)

Le groupe d’entraide « Les p’tites tornades » change d’orientation. Dû au manque de participation, nous devons mettre fin au groupe d’entraide. Cependant, tous les autres services qui y sont reliés continuent d’être dispensés (relation d’aide, documentation, références…) et nous offrons des ateliers thématiques. (décembre) Dû au manque de fréquentation ainsi qu’au manque de ressources humaines et financières, le point de service de Normandin ferme ses portes. Les intervenants peuvent toutefois se déplacer dans ce secteur à la demande d’un client et l’aide au transport demeure disponible pour la clientèle qui désire se prévaloir de nos services à nos locaux de Dolbeau-Mistassini.

2003 (décembre)

Fermeture de l’atelier de couture et de la boutique « Tout-en-Polar » étant donné leur non rentabilité et le manque de ressources financières et humaines. Nous travaillons davantage au développement du réemploi de papier et déménageons ce service dans l’ancien local de l’atelier de couture.

2004 (octobre)

Le centre l’ArrimAge fête son 15e anniversaire par une journée portes ouvertes et des activités spéciales incluant la visite de ses locaux. Lors de la partie protocolaire, le maire M. Georges Simard et le préfet M. Denis Trottier prennent la parole en guise d’appui à l’organisme. M. Trottier, écologiste de la première heure, rend hommage au Centre qui possède dans sont volet socioprofessionnel un atelier de réemploi de papier. Cinq médias d’information sont présents pendant cette journée et des articles paraissent dans les 2 journaux locaux la semaine suivante.

2005 (janvier)

Nous mettons fin aux activités du groupe « Les p’tites tornades ». Les changements apportés n’ont eu aucune incidence sur la participation des membres. Par contre, les rencontres individuelles, la documentation et la référence demeurent disponibles pour les parents qui en font la demande. Un nouveau service prend forme au volet socioprofessionnel, soit l’entretien ménager à l’externe. Ce service consiste à offrir aux organismes communautaires de notre secteur l’opportunité de faire entretenir leurs locaux gratuitement. Ce service est très apprécié des organismes et tend à s’agrandir. (février) L’Agence de santé et des services sociaux nous octroie une subvention pour donner des ateliers sur le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH). Ces ateliers sont proposés aux parents et aux enfants qui vivent avec cette problématique. Le but est de leur fournir les outils nécessaires pour mieux vivre la situation. La formation pour les intervenants est reçue en mars de cette même année, mais les activités débutent seulement en janvier 2006, en collaboration avec l’organisme Parensemble. Dû à une instabilité au niveau de la direction générale depuis 2 ans et au manque de ressources financières, car aucune augmentation du budget de fonctionnement n’a eu lieu depuis l’ouverture du centre, le nombre d’employés parmanents passe de 5 à 4. (mars) L’ArrimAge ne renouvelle pas son projet « La santé et des services, un droit pour tous » subventionné par la Direction de la santé publique, car l’intérêt et le nombre de personnes présentes aux conférences sont en diminution constante. (septembre) L’atelier de travail possède maintenant son propre nom, soit « L’atelier du RéEmploi ».

2006 (février)

La Direction de la santé publique nous accorde une subvention pour un nouveau projet, « Le travail et les troubles anxieux ». Cinq ateliers traitant de sujets suivants sont offerts aux différents organismes du milieu : « Le travail et les troubles anxieux », « Le harcèlement au travail », « Conciliation travail / famille », « La communication » et « L’organisation au travail ». Pour répondre à la demande, le groupe d’entraide « La Clé » accueille les personnes vivant avec un trouble obsessionnel-compulsif. (mars) L’organisme embauche un intervenant à contrat pour pallier au surplus de travail suite à l’obtention de la nouvelle subvention de la Santé publique. La consolidation et la qualité de nos services, offerts par une équipe professionnelle, demeurent au cœur de nos priorités. Un montant nous est offert par l’AQETA Saguenay-Lac-St-Jean pour offrir des cafés-causeries aux parents d’enfants vivant avec le TDAH. Cette entente durera 3 ans avant de prendre fin. L’ArrimAge organise une campagne de financement avec une conférence donnée par M. Guy Corneau. L’activité remporte un énorme succès.

2006-2007

Pendant ces deux années, le centre connaît une augmentation considérable de demandes pour des conférences à la population et dans différents organismes du milieu. Nous donnons en moyenne 4 fois plus de conférences et d’ateliers que les années précédentes.

2007 (janvier)

L’employé contractuel obtient sa permanence. Nous revenons à 5 employés permanents et nous embauchons un nouvel intervenant à contrat en février. (mai) « L’atelier du RéEmploi » crée des produits d’entretien ménager écologiques qui sont offerts dans différents organismes et entreprises ainsi qu’à toute la population. (juin) Grâce à une subvention de la Fondation Équilibre, l’atelier du RéEmploi a la possibilité de faire l’acquisition d’un déchiqueteur et d’un plastificateur de documents. Ces appareils permettent de diversifier les services offerts par l’atelier. (octobre) L’Agence de santé et des services sociaux nous octroie une nouvelle subvention récurrente pour l’intégration au travail. « Le soutien à l’emploi l’Ancrage » aura pour mission de développer des mesures d’intégration et de maintien à un emploi régulier pour les personnes vivant avec un problème de santé mentale. Il sensibilisera également les employeurs aux difficultés rencontrées. Avec le montant octroyé, nous avons la possibilité d’y consacrer 2 jours/semaine. (décembre) Une entente de collaboration est établie avec l’Office municipal d’habitation afin d’offrir un support aux résidents et /ou aux associations de locataires demeurant dans les logements administrés par l’OMH. L’ArrimAge s’engage à fournir un intervenant qui assumera les tâches stipulées dans l’entente selon le nombre d’heures offert par l’OMH. L’ArrimAge offrira le support nécessaire à l’intervenant et l’OMH couvrira tous les frais reliés à l’entente.

2008 (avril)

L’empoyé contractuel embauché en février 2007 obtient sa permanence suite à l’annonce du budget récurrent octroyé par l’Agence pour le volet socioprofessionnel concernant le maintien à l’emploi. Le centre l’ArrimAge compte maintenant 6 employés permanents. (juin) L’Agence de santé et de services sociaux consolide notre budget pour « Le soutien à l’emploi l’Ancrage » afin de nous permettre de rehausser le nombre d’heures. Ce service emploiera désormais un travailleur à temps complet. Elle nous octroie également un budget spécifique récurrent pour le soutien au logement que nous nommerons « J’En barque ». Le montant fourni nous permet d’y consacrer 2 jours/semaine. Ce service débutera en octobre et un nouvel employé contractuel entrera en fonction en novembre pour pallier au surplus de travail. Seul le volet « support aux familles » n’avait pas de nom spécifique. Les employés se sont rencontrés afin de lui attribuer un nom représentatif et nous décidons de l’appeler « L’Équipage ».

2009 (mai)

Les heures d’ouverture du centre passent de 35h à 33hres/semaine. Le nouvel horaire de travail sera dorénavant de 7h45 à 12h et de 13h à 17h du lundi au jeudi. (juin) Suite à une réflexion régionale, les organismes en santé mentale de la région, mandatés au service d’intégration au travail (CSM l’ArrimAge de Dolbeau-Mistassini, ACSM Saguenay, Groupe Le PAS d’Alma et centre le Bouscueil de Roberval), s’entendent à orienter leurs interventions vers l’approche individualisé de placement et de soutien à l’emploi IPS. Une équipe régionale est formée pour offrir ce service et sa coordination est assumée par la conseillère en intégration au travail de l’ArrimAge. Cette approche s’inscrit parmi l’une des meilleures pratiques en santé mentale. Son implantation dans notre région se fait conjointement avec l’Institut universitaire en santé mentale Douglas. Le nom du service est modifié pour « Le service d’emploi l’Ancrage ». (octobre) L’ArrimAge fête son 20e anniversaire d’existence. Nous soulignons cet événement spécial par un vin d’honneur et un souper 4 services servis au restaurant Note Café au cours duquel nous présentons un diaporama des 20 dernières années ainsi qu’une prestation musicale. Après le repas, les gens sont invités à assister au vernissage de notre exposition annuelle produit dans le cadre de la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales. L’événement est un succès.

2010 (avril)

Nos 2 projets subventionnés par la Direction de la santé publique dans le cadre du Plan d’action local ne sont pas renouvelés, car ils ne cadrent plus dans les nouvelles orientations qu’elle s’est données. (octobre) L’atelier du RéEmploi met fin à la fabrication et la vente de produits ménagers écologiques.

2011 (avril)

L’Agence nous annonce la consolidation du volet « Soutien au logement » qui nous permet un poste à temps plein ainsi qu’un budget spécifique récurrent supplémentaire visant à financer le poste de la chef de l’équipe régionale d’intégration au travail. (septembre) Suite à l’annonce du budget récurrent supplémentaire, l’employé contractuel, embauché au novembre 2008, obtient sa permanence. Nous embauchons également un huitième employé permanent ainsi qu’un employé contractuel qui débutera en octobre.

2012 (juin)

L’Agence nous octroie un budget spécifique récurrent visant à développer des activités d’intégration sociale pour les jeunes aux prises avec des troubles mentaux. Ce montant nous permet d’assurer la permanence à l’employé contractuel embauché en octobre. L’ArrimAge compte 9 employés permanents. (novembre) Fin de l’entente de collaboration avec l’Office municipal d’habitation.

2013 (mars)

Une entente de services est signée entre l’ArrimAge et le CSSS Maria-Chapdelaine pour l’embauche d’un pair aidant. (mai) Dernière parution du Journal La Vigie.

2014 (août)

L’ArrimAge fête son 25e anniversaire. Plusieurs activités se tiendront tout au long de l’année. (octobre) Le programme IPS au Saguenay-Lac-Saint-Jean reçoit le "Prix d’excellence du réseau de la santé et des services sociaux dans la catégorie soutien aux personnes et aux groupes vulnérables".

2015 (mai)

Spectacle de Daniel Boucher qui vient clôturer les festivités du 25e anniversaire de l’ArrimAge. Un budget provenant du gouvernement fédéral pour une période de 4 ans permet la création du Service Appart +. Début des ateliers d’autogestions des soins (bipolarité et dépression). Octroi d’une subvention salariale provenant du Centre local d’emploi pour l’embauche d’une couturière à l’Atelier du RéEmploi pour la période d’un an. (décembre) Embauche d’un 2e pair aidant.

Téléphone:

418.276.6498

Courriel

info@csmlarrimage.org

Addresse

1230, boulevard Wallberg, suite 310 Dolbeau-Mistassini, Québec G8L 1H2